STORIES
Poets

PHILLIS WHEATLEY (French)

by Cheikh Darou Seck

On se souvient de Phillis Wheatley comme étant la première poétesse noire américaine. Née au Sénégal en 1753, elle fut kidnappée à l’âge de 8 ans et emmenée à Boston par les marchands d’esclaves. A Boston, on la vendit à John et Susannah Wheatley. Eduquée et encouragée dans ses écrits par Susannah, Phillis Wheatley publia son premier poème en 1770 à l’âge de 17 ans. Wheatley continua avec la publication de plusieurs poèmes parlant en général de religion qui était un thème populaire à l’époque. Elle publia un recueil de poèmes à Londres et devint très populaire. En 1771, elle obtint sa liberté.


Sa capture à bas âge et son expérience à bord du bateau négrier la rendirent frêle et maladive pendant une grande partie de sa vie. En 1773, Wheatley fut envoyée à Londres pour essayer d’améliorer sa santé. A l’occasion de son départ, elle écrivit « Un au revoir à l’Amérique » et le dédia à Susannah Wheatley. Elle rédigea également une ode dédiée à Scipio Moorhead qui était peintre et esclave d’un prêtre de Boston.

Malgré son éducation privilégiée, et bien qu’elle cherchât dans beaucoup de ses poèmes à évoquer la situation des noirs américains comme étant une situation salvatrice (« Ce fut la clémence qui m’emporta de ma terre païenne. »), la lettre qu’elle adressa au révérend Samson Occum dans la ‘Connecticut Gazette’ témoigne de sa frustration envers l’esclavage. Usant d’un ton aimable, Wheatley, plus prudente que jamais, tire sur ses chaînes :

Révérend et Honorable Monsieur,

J’ai, ce jour, reçu votre obligeante et gentille épître et je suis entièrement satisfaite de vos raisons concernant les nègres et je pense que ce que vous avancez pour justifier leurs droits humains est très raisonnable. Ceux qui les envahissent ne sauraient être insensibles à la lumière divine qui est en train de dissiper les ténèbres qui enveloppaient la terre africaine ; et le chaos qui y régnait depuis si longtemps est en train de se transformer en un très bel ordre et révèle de plus en plus la glorieuse acquisition de libertés civiles et religieuses qui sont si inséparablement limitées qu’on ne peut jouir de l’un sans l’autre. Autrement peut-être les Israélites ont été moins demandeurs en ce qui concerne leur liberté de l’esclavage égyptien. Je ne dis pas qu’ils auraient pu s’en passer, pas le moins du monde, car dans toute âme Dieu a insufflé un principe que l’on appelle l’amour de la liberté. Il ne tolère pas l’oppression et est assoiffé de délivrance ; et avec la permission de nos Egyptiens modernes, je dirai que le même principe est vivant en nous. C’est Dieu qui accorde la délivrance à sa propre façon et au moment qu’il veut. Et qu’il soit honoré sur tous ceux que la cupidité pousse à avancer et créer des calamités à leurs prochains. Je ne désire pas cela pour leur malheur mais pour les convaincre de l’absurdité de leurs conduites dont les paroles et les actes sont si diamétralement opposés. A quel point le prix de la liberté et la disposition contraire et l’exercice du pouvoir oppressif sur les autres peuvent-ils aller de paire. Je pense humblement qu’il n’est point besoin de la sagacité d’un philosophe pour le savoir.

Tu es mon héros si…

Si tu as le sens de l’honneur
De même que celui de la dignité,
Si la fierté et la probité t’animent,
Alors c’est toi mon héros.

Si tu sais être généreux
Sans contrepartie attendre,
Et aider, indifférent à la couleur,
Mener le combat du patient guerrier,
Alors c’est toi mon héros.

Si tu oses parler pour les sans-voix,
Combattre pour que triomphe la vérité,
Et que le bien triomphe sur le mal,
Alors c’est toi mon héros.

Si tu étais sapeur pompier
A présent sous les décombres,
Des tours jumelles,
Te précipitant à l’intérieur,
Quand tout le monde sortait,
Alors c’est toi mon héros.

Si tu veilles à la sécurité des autres
Quand ceux-là mêmes dorment,
Debout pour les forces de la vie,
Alors c’est toi mon héros.

Si tu es un éducateur inconnu,
Dans un lointain coin perdu,
Donnant le meilleur de toi,
A de petits enfants,
Alors c’est toi mon héros.

Si tu sais faire preuve
D’un peu plus de courage,
Quand la survie est menacée,
Alors c’est toi mon héros.

Si tu sais répondre à
L’appel de la maternité,
Te sacrifiant pour l’amour
Du fruit de ta chair,
Alors c’est toi mon héros. Si tu prends sur toi
De soulager les âmes,
Si tu prends sur toi
De redonner espoir,
Si tu prends sur toi
De partager et de compatir,
Si tu prends sur toi
De toujours porter secours,

Où que tu puisses être,
Quelle que soit ta nationalité
Tu es mon héros.

Page created on 7/11/2015 4:19:28 PM

Last edited 7/11/2015 4:19:28 PM

The beliefs, viewpoints and opinions expressed in this hero submission on the website are those of the author and do not necessarily reflect the beliefs, viewpoints and opinions of The MY HERO Project and its staff.

Related Links

Related Books

Author Info

Click here to read the story in English
A quel point le prix de la liberté et la disposition contraire et l’exercice du pouvoir oppressif sur les autres peuvent-ils aller de paire. Je pense humblement qu’il n’est point besoin de la sagacité d’un philosophe pour le savoir